Tyran

désigne dans l'Antiquité grecque un individu disposant d’un pouvoir absolu

Un tyran désigne depuis l’Antiquité grecque un individu disposant d’un pouvoir absolu, après s’en être emparé de façon illégitime.

Droit modifier

Déclaration universelle des Droits de l’Homme des Nations-Unies, 10 décembre 1948 modifier

Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression (...)
  • Extrait de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies dans sa résolution 217 A (III) le 10 décembre 1948.
  • Charte internationale des Droits de l’Homme, Organisation des Nations Unies, éd. Organisation des Nations Unies, 1948, Préambule, p. 1 (texte intégral sur Wikisource)


Littérature modifier

Daniel Boulanger modifier

La délation est le premier devoir d’un républicain. Les bons auteurs vous le diront. C’est aussi le premier article de la tyrannie.


Hérodote modifier

La tyrannie est un bien mal assuré : elle a de nombreux adorateurs, […].
  • (grc) Τυραννὶς χρῆμα σφαλερόν, πολλοὶ δὲ αὐτῆς ἐρασταί εἰσι
  • Périandre, le tyran de Corinthe, à son fils Lycophron.
  • L’Enquête, Hérodote (trad. Andrée Barguet), éd. Gallimard, coll. « Folio », 1985, t. 1, III, 53, p. 296


Imre Kertész modifier

Vous savez, je pense parfois que le martyr est le tyran le plus parfait. C’est du moins la forme la plus pure de la tyrannie, devant laquelle tout le monde s’incline…
  • Le Refus, Imre Kertész (trad. Natalia Zaremba-Hurzsvai, en collaboration avec Charles Zaremba), éd. Actes Sud, 2001  (ISBN 2-7427-4207-7), p. 305


Montesquieu modifier

Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice, lorsqu’on va, pour ainsi dire, noyer des malheureux sur la planche même sur laquelle ils s’étaient sauvés.


Platon modifier

[Q]uoi qu’en pensent certaines gens, le véritable tyran est un véritable esclave, condamné à une bassesse et à une servitude extrêmes, et le flatteur des hommes les plus pervers ; ne pouvant, d’aucune façon, satisfaire ses désirs, il apparaît dépourvu d’une foule de choses, et pauvre, en vérité, à celui qui sait voir le fond de son âme ; il passe sa vie dans une frayeur continuelle, en proie à des convulsions et à des douleurs, s’il est vrai que sa condition ressemble à celle de la cité qu’il gouverne. […] Mais, outre ces maux, ne faut-il pas attribuer encore à cet homme ceux dont nous avons parlé précédemment, à savoir que c’est pour lui une nécessité d’être, et par l’exercice du pouvoir de devenir bien plus qu’auparavant, envieux, perfide, injuste, sans amis, impie, hôte et nourricier de tous les vices : tout ce par quoi il est le plus malheureux des hommes et rend semblables à lui ceux qui l’approchent ?


Jean Racine modifier

Toujours la tyrannie a d’heureuses prémices.
  • Britannicus (1669), Jean Racine, éd. Jules Delalain, 1862, acte I, scène 1, p. 3, vers 39


Fanny Raoul modifier

C'est ainsi que l'ignorance et la tyrannie marchent de front, et se prêtent réciproquement la main.
  • Opinion d'une femme sur les femmes, Fanny Raoul, éd. impr. de Giguet (Paris), 1801, p. 29


William Shakespeare modifier

Le roi Henry : Nous ne sommes pas un tyran, mais un roi chrétien ; et notre colère est assujettie à notre mansuétude, tout comme les misérables mis aux fers dans nos prisons.
  • (en) King Henry : We are no tyrant, but a Christian king,
    Unto whose grace our passion is subject
    As is our wretches fettered in our prisons;


Sophocle modifier

La démesure enfante le tyran.
  • (grc) Ὕβρις φυτεύει τύραννον·
  • Le Chœur
  • (grc) Œdipe roi, Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1998, p. 66-67, vers 873


Démesure fait germer tyrannie !
  • Autre traduction de la citation précédente.
  • « Œdipe-Roi », Sophocle (trad. Victor-Henri Debidour), dans Les Tragiques grecs, Eschyle, Sophocle, Euripide et al., éd. Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche / La Pochothèque », 1999  (ISBN 978-2-253-13246-2), p. 537, vers 873


Stendhal modifier

L’idée la plus utile aux tyrans est celle de Dieu.
  • Le Rouge et le Noir (1830), Stendhal, éd. Flammarion, coll. « GF », 1964  (ISBN 2-08-070011-1), partie Livre second, chap. VII. Une attaque de goutte, p. 287


Xénophon modifier

— As-tu déjà remarqué qu’il y en a qui possèdent très peu de choses et qui non seulement se suffisent de cela, mais qui en mettent même une partie de côté, alors que d’autres ne parviennent pas à se suffire de leur grande fortune ?
— Oui, par Zeus, répondit Euthydème, et tu fais bien de me le rappeler. J’ai vu en effet des tyrans qui, poussés par le manque, sont contraints, comme les plus démunis, de commettre des injustices.
— S’il en est bien ainsi, répondit Socrate, nous mettrons les tyrans avec le peuple, et ceux qui possèdent peu de choses, s’ils sont de bons administrateurs, avec les riches.

  • Mémorables, Xénophon (trad. Louis-André Dorion), éd. Les Belles Lettres, coll. « Le goût des idées », 2015  (ISBN 978-2-251-20051-4), IV 2.38-39, p. 161


Saadi modifier

Ô toi qui es sans souci de la peine d'autrui, il ne convient pas que l'on te donne le nom d'homme !
  • Le jardin des roses (1257), Saadi, éd. Libretto, 2018  (ISBN 978-2-36914-426-7), partie I, chap. X, p. 42


Liens externes modifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :