Arbre

plante lignifiée terrestre
Cèdre du Liban

Francis HalléModifier

Définir l’arbre, c’est comme définir la bêtise : c'est presque impossible, et pourtant nous en connaissons tous d'excellents exemples.
  • Plaidoyer pour l’arbre, Francis Hallé, éd. Actes Sud, 2005, partie Structures et fonctions, chap. Peut-on définir l’arbre ?, p. 23


Je ne songerai pas un instant à cacher la sympathie que m'inspirent les arbres ni l'admiration que j'éprouve à leur égard depuis très longtemps. Il y a quelque temps, j'étais dans un avion. Monte à côté de moi un industriel, [...] cet homme me dit quelque chose que je ne n'ai jamais oublié :
« Quelque soit votre métier, à un moment donné vous allez vous demander si vous n'êtes pas en train de perdre votre temps, et même si vous n'avez pas une activité pernicieuse. Vous pouvez être commerçant, archevêque, marin pêcheur, musicien ou médecin, tôt ou tard vous aurez l'impression de perdre votre temps. Il existe une seule exception : si vous plantez des arbres, vous êtes sûr que ce que vous faites est bien ». J'ai beaucoup aimé ce qu'il a dit.


David G. HaskellModifier

Certaines des réactions de l’arbre se manifestent dans le long terme. C’est le cas de la croissance des branches vers la lumière ou de celle des racines dans un sol fertile. L’architecture d’une plante ne doit rien au hasard ; elle est le résultat d’une évaluation et d’une adaptation constantes à des conditions changeantes. Les rameaux sont sensibles à la lumière qu’ils reçoivent et croissent en conséquence : à l’ombre, leurs aiguilles sont à plat de part et d’autre de l’axe afin de mieux capter la lumière ténue, alors qu’en plein soleil, les aiguilles sont au contraire dressées afin de capter la lumière sans trop en priver leurs voisines du dessous. Le long du tronc, chaque branche est décalée par rapport à celle d’en dessous ; ainsi, l’arbre évite que ses branches se fassent trop d’ombre.


Léonard de VinciModifier

Toutes les branches d’arbres, à quelque degré de leur hauteur qu’on les réunisse, sont égales à la grosseur du tronc. Toutes les ramifications des eaux, douées d’un mouvement égal, à chaque degré de leur longueur égalent la grosseur du fleuve, leur père.
  • « Symétrie de la nature, Ramifications des arbres et de l’eau. » I. 12 v.
  • Carnets, Léonard de Vinci [édition présentée et annotée par Pascal Brioist / Texte établi par Edward MacCurdy, traduit de l’italien par Louise Servicen, préface de Paul Valéry], éd. Gallimard, coll. « Quarto », 2019  (ISBN 978-2-07-284486-7), chap. XII. Botanique, p. 396


Pierre LouÿsModifier

Un énorme figuier faisait retomber comme un tapis par-dessus la balustrade ses branches cachées par les feuilles plates et ses fruits poudrés de lilas. Vers la gauche, le parc se massait, avec ses magnolias déjà défleuris, ses eucalyptus frissonnants, ses palmiers trapus du Japon, ses magnifiques sagoutiers lunaires. Une défense d'aloès ourlait le jardin sombre et la plaine s'étendait au-delà jusqu'aux étoiles.
  • Les Aventures du Roi Pausole (1900), Pierre Louÿs, éd. Flammarion, coll. « GF », 2008  (ISBN 978-2-0807-1214-1), partie Livre premier, VI. Comment Diane à la Houppe et le roi Pausole virent entrer quelqu'un qu'ils n'attendaient pas, p. 95


Amin MaaloufModifier

[...] Les racines s’enfouissent dans le sol, se contorsionnent dans la boue, s’épanouissent dans les ténèbres ; elles retiennent l’arbre captif dès la naissance, et le nourrissent au prix d’un chantage : « Tu te libères, tu meurs ! »
Les arbres doivent se résigner, ils ont besoin de leurs racines ; les hommes pas. [...]


Sylvain TessonModifier

Les arbres nous enseignent une forme de pudeur et de savoir-vivre. Ils poussent vers la lumière en prenant soin de s'éviter, de ne pas se toucher, et leurs frondaisons se découpent dans le ciel sans jamais pénétrer dans la frondaison voisine. Les arbres, en somme, sont très bien élevés, ils tiennent leurs distances. Ils sont généreux aussi. La forêt est un organisme total, composé de milliers d'individus. Chacun est appelé à naître, à vivre, à mourir, à se décomposer - à assurer aux générations suivantes un terreau de croissance supérieur à celui sur lequel il avait poussé. Chaque arbre reçoit et transmet. Entre les deux, il se maintient. La forêt ressemble à ce que devrait être une culture.