En tant que concept philosophique, la modernité est avant tout le projet d’imposer la raison comme norme transcendentale à la société.

Sommaire

LittératureModifier

Récit de voyageModifier

Guy de Maupassant, La Vie Errante , 1890Modifier

La Côte italienne

[...] Plus on est grisé, plus on est conquis par la séduction de ce voyage dans une forêt d’œuvres d’art, plus on se sent aussi envahi par un bizarre sentiment de malaise qui se mêle bientôt à la joie de voir. Il provient de l’étonnant contraste de la foule moderne si banale, si ignorante de ce qu’elle regarde avec les lieux qu’elle habite. On sent que l’âme délicate, hautaine et raffinée du vieux peuple disparu qui couvrit ce sol de chefs-d’œuvre, n’agite plus les têtes à chapeaux ronds couleur chocolat, n’anime point les yeux indifférents, n’exalte plus les désirs vulgaires de cette population sans rêves.

  • La Vie errante, Guy de Maupassant, éd. P. Ollendorff, 1890, La Côte italienne, p. 47


CitationsModifier

Il n'est de véritable modernité qu'enracinée dans la tradition.

  • « Bruno Gollnisch lance sa campagne sur le parvis de la Basilique Saint-Denis », Abel Mestre, Le Monde, 18 septembre 2010, p. 11


[…] un homme qui a su régresser avec son temps pour devenir le prototype de l'homme moderne indifférent et inconséquent, archétype de la civilisation du Progrès.


Par l'irruption dans son quotidien de cultures différentes, cet homme moderne dispose d'une plus vaste marge de manœuvre, peut jouer et composer avec des expériences plus diversifiées, mais, simultanément, cesse d'avoir des liens solides et inébranlables avec sa propre culture, son propre héritage culturel.


Ne t’occupe pas d’être moderne. C’est l’unique chose que malheureusement, quoi que tu fasses, tu ne pourras pas éviter d’être.

  • Les cocus du vieil art moderne, Salvador Dalí, éd. Fasquelle, 1956, p. 38


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :